Déduction fiscale assurance vie : les points clés à savoir

26Fév - by Damien - 0 - In Finance

L’assurance vie est un des placements préférés des particuliers. Elle leur permet notamment de se constituer un revenu supplémentaire le jour de leur retraite. À rappeler que c’est un contrat d’épargne conclu entre un individu et une compagnie d’assurance.

Le premier verse alors des primes qui donnent lieu à des intérêts et qui sont capitalisées. À la fin de l’accord, l’assureur lui reverse sous forme de capital ou de rente l’argent qu’il a économisé. À noter qu’elle est imposable sur les plus-values et les intérêts qu’elle génère.

En Belgique, le gouvernement a mis en place des déductions fiscales relatives à l’assurance vie. Leur montant est fonction du contrat que l’on choisit.

Épargne pension

Il faut savoir que le capital pension belge est constitué de 4 piliers. L’épargne pension fait partie du troisième pilier. En souscrivant une telle assurance vie individuelle, les particuliers peuvent bénéficier de déductions fiscales. Celles-ci peuvent atteindre les 30 % plus les taxes communales.

À rappeler qu’elle est un produit d’assurance vie. Toutes les personnes âgées de 18 à 65 ans peuvent y accéder. Elle permet notamment de faire des économies en vue de leur pension à des conditions avantageuses. Vous pouvez également bénéficier de réduction d’impôt et d’un rendement garanti.

Épargne long terme

Elle vient en complément d’une épargne-pension. Elle permet aux épargnants de placer jusqu’à 2 390 euros par an. Cela permet notamment de faire grossir sa pension pour bénéficier d’un revenu supplémentaire le jour de la retraite.

Elle est indispensable étant donné que la pension légale est insuffisante. Il convient toutefois de préciser que le montant que l’on peut économiser chaque année est fonction de notre revenu. L’épargne à long terme ouvre également droit à des avantages fiscaux importants.

Il faut savoir que la déduction fiscale assurance vie dans le cadre d’une ’épargne long terme est de l’ordre de 30 % en plus des taxes communales.

Épargne long terme

PLCI ou pension libre complémentaire pour indépendant

C’est la solution pour permettre aux indépendants d’avoir les ressources nécessaires pour vivre décemment au moment de leur retraite. Sa souscription est indispensable étant donné que la pension légale des indépendants est très faible. La PLCI est accessible aussi bien aux indépendants en personnes physiques que morale. Les particuliers ont le choix entre :

  • La PLCI ordinaire
  • La PLCI sociale

Elle offre la possibilité de se constituer un capital complémentaire tout en réduisant les impôts. La déduction fiscale qu’elle propose est de l’ordre de 70 %.

CPTI ou convention de pension pour travailleur indépendant

C’est une autre solution permettant aux indépendants en personnes physiques de se constituer une pension complémentaire à celle proposée par le gouvernement. Il est important de préciser que pouvoir souscrire une CPTI, l’intéressé doit avant tout contracter une PLCI.

Cela s’explique par le fait que la PLCI est moins soumise aux taxes. L’un des avantages majeurs de la CPTI est qu’elle est déductible d’impôts jusqu’à 30 %.

EIP ou engagement individuel de pension

Seuls les indépendants en personnes morales peuvent souscrire un EIP. Pour profiter d’un traitement fiscal avantageux, il est conseillé de souscrire une PLCI avant de contracter un EIP. Avec la première, l’épargnant ne paie que des taxes annuelles, ce qui n’est pas le cas de l’EIP.

À noter toutefois que seuls 9,40 % du revenu sur les 3 dernières années peuvent y être investis. C’est pourquoi il faut la compléter avec une EIP qui permet de placer plus d’argent à condition de respecter la règle des 80 %.

Le principal intérêt de l’EIP réside dans le fait qu’il est déductible à 100 %. En plus, vous percevrez des intérêts sur les fonds que vous avez investis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.